8 expressions québécoises loufoques

Au Canada, chaque jour est une découverte. Que ce soit leur gastronomie, leur souper à 18h, leur rythme de vie. Le plus drôle est surtout leur expression. J'en découvre des nouvelles encore aujourd’hui ! Petit récapitulatif de mes préférés plus ou moins loufoque.

 

"C'est écoeurant" Ce dit aussi bien dans le sens "c'est surprenant/grandiose/magnifique" que "c'est vraiment de la merde". Des fois, j'ai du mal à savoir dans quel sens ils l'utilisent...

 

"C'était long en s'il vous plat." Un prof nous l'a sortie il y a quelque semaine quand il a corrigé nos copies et que ça lui a pris du temps. Allez savoir pourquoi, mais j'ai beaucoup ri. Ça ne veut pas dire grand-chose, mais je l'aime beaucoup.

 

"Tu veux tu écouter un film ?" Ici, on écoute un film, on ne le regarde pas. On m'a demandé un jour si je regardai mon film sans l'écouter. Je lui ai dit que lui il l'écouter les yeux fermés. Chacun sa vision des choses, mais perso, mon film, je le regarde.

 

"Mets-en !" Celle-là, j'ai vraiment du mal.L’équivalent serait "tu l'as dit !". Je ne l'utilise déjà pas en français, comprenez pourquoi en québécois j'ai encore plus de mal !

 

"Qu'est-ce c'est poche !" C'est vraiment dommage/bête, dans le sens, j'ai loupé mon bus ce matin, je suis arrivée en retard à mon cours, c'est poche.

 

"Estie de BS !" Un BS est un Douchebag, autrement dit, un kéké pour nous. Estie est l'insulte la plus commune ici. C'est un peu comme si je disais "quel blérot ce mec !"

 

" Fait frette icit." Mon Dieu qu'il fait froid par ici. L'hiver sans vient, ça doit être pour ça. Non, le "t" à la fin de "ici" n'est pas une faute de frappe. Gardé de l'ancien français, ils le prononcent encore.

 

"Je suis pogné chez moi." Je n’ai pas d'autre choix que de rester chez moi, en quelque sorte. 

 

Je dois admettre qu'il m'arrive d'en utiliser certaines tellement je les trouve finalement chantantes. Il y en a tellement d’autres que je vous présenterai bientôt.

 

 

 

Retour à l'accueil