Aimer te détester, sentiments mélangeant

Le mois de novembre est pour certains, le mois le plus difficile à vivre de l'année. Chaque année, c'est ce que je me dis. Je me le dis encore plus depuis que je vis à Montréal. Cette année en particulier.

Novembre, c'est le moment où les feuilles changent de couleur et le temps s'adoucit. Les couleurs de l'été indien sont grandioses. Vives, chaleureuses. On ne voit pas autant de couleurs que pendant ce mois. Il fait bon, les balades en ville ou les petites excursions en forêt sont des plus agréables. On a pas trop chaud, on a pas encore froid, c'est le temps des températures agréables. Puis vient le moment en novembre où il se met à pleuvoir, où il n'y a plus de couleurs, car toutes les feuilles des arbres sont tombées. Le temps devient triste et morose. Il fait gris et dès le lendemain du changement d'heure, le soleil se lève et se couche après nous, si bien qu'on n'en voit plus sa lumière. 

Novembre, c'est le temps de la déprime à partir du 15. C'est également, le moment où l’on réalise que la fin de l'année arrive à grands pas. Qu'est ce que je vais lui offrir à Noël ? Est-ce que je rentre en France pour les fêtes ? Qu'est ce que je vais faire l'année prochaine après la fin de mes études ? Toutes ces questions et bien d'autres arrivent en trottinant gentiment dans notre tête. Comme si l’on ne les avait pas vus venir, on y réfléchit et on déprime davantage.

Le mois de novembre, c'est bel est bien la fin de l'été et le début de l'hiver. C'est le début d'une nouvelle période. Il faut réfléchir à la nouvelle année qui s'en vient et faire le bilan de celle qui reste à terminer.

Novembre, c'est le mois qu'on aime détester.

Je n'aime pas trop détester les choses que j'aime, à part quand je suis en mode psychopathe. Rassurez-vous, cela est relativement rare. Aimer et détester sont deux sentiments tellement forts et si contraires. Il est dur de les associer pour la même chose, la même personne. Soit je t'aime, soit je te déteste. Pour certains, cela est facile, pour moi, c'est plutôt compliqué. À part pour le mois de novembre. J'aime le détester, car il me rappelle à quel point j'aime ma ville, j'aime le Canada, j'aime ce que j'y fais. Je le déteste en même temps lorsqu'il laisse sa place à l'hiver avec l'arrivée des premières neiges et qu'il me rappelle que ces derniers mois n'ont pas été de tout repos.

 

Je ne sais pas ce que l'année 2016 me réserve. J'ai quelques idées, mais ce ne sont pour le moment que quelques idées folles. Arrêtons la déprime et pensons aux bonnes choses qui s'en viennent. Pour le meilleur et pour le pire.

Aimer te détester, sentiments mélangeant
Aimer te détester, sentiments mélangeant
Aimer te détester, sentiments mélangeant
Retour à l'accueil